Qui suis-je ?

Portrait Isabelle Flourac par Ko Wei Huang, Anping Tree, Tainan, Taïwan

Mon histoire

C’est grâce à la photo que j’ai découvert le plaisir d’observer les lumières, les couleurs, les lignes, les expressions. En 2008, l’encre de chine a remplacé l’appareil photo et m’a permis d’exprimer mes premiers ressentis sur le papier. Comme une danse, les encres se répandaient sur le papier et formaient des scènes. La matière devenait jeu. Inspirée par différents arts, du cinéma à la bande dessinée, j’exprimais simplement ce qui me touchait. Avec l’envie d’un jour raconter des histoires…

Un voyage initiatique et artistique.
Entre 2012 et 2014, je suis partie vers l’Asie par voies terrestres pour découvrir l’encre de Chine et les arts graphiques en Orient. Ce voyage m’a permis de découvrir d’autres modes d’expressions mais aussi d’autres modes de vie. Il a donné lieu à une série d’expositions inspirées par des histoires de voyages entre 2015 et 2017.

L’arbre et la pirogue, entre voyage et racines.
Inspirée par le végétal, c’est en voyageant que j’ai trouvé refuge auprès des arbres. Leurs racines, leurs écorces, leurs visages et leurs corps me fascinaient. Ils constituaient des repères. De retour en France, tiraillée entre mes désirs de nomadisme et l’appel de la nature, j’ai naturellement trouvé l’inspiration en observant le travail de la vigne.

Aujourd’hui, je travaille sur des projets en lien avec la narration et sur des commandes. Je vis actuellement à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, en Vendée.

(Photo : Ko Wei Huang, Taïwan)

Mon CV

PRIX

  • Prix La Rochelle pour «Acérifolia», salon GANFA, Nantes (44)
  • 1er Prix du carnet rando-croquis, Rocheservière (85)

PRESSE

Par ses dessins, elle invite au respect de la nature, Claire Giovanetti, Ouest France, Saint-Gilles-Croix-de-Vie. 13 sept 2019

Autostoppeuses Fantastiques : Isabelle Flourac d’Encres Nomades, Interview par Anick-Marie Bouchard sur Globestoppeuse – Portraits de voyageuses en auto-stop. 27 oct 2014

You cannot copy content of this page